Rio/fusillade: le tueur a été humilié enfant

  • Português
  • English
  • Posted on April 8, 2011


    AFP

    Le tueur de l’école de Realengo, à Rio de Janeiro, Wellington Menezes était un jeune homme renfermé et solitaire qui passait son temps sur internet et avait été victime d’humiliations à l’école, selon des témoignages. Le Brésil cherchait à comprendre comment ce garçon apparemment sans histoires a pu devenir un “monstre”.

    Le quotidien O Dia a affirmé aujourd’hui que, lors de l’une de ces “humiliations constantes”, il avait été jeté dans une poubelle de la cour de l’école. Les élèves lui avaient donné le surnom de “swing” parce qu’il boitait, a indiqué un ancien camarade de classe, Bruno Linhares. Des spécialistes expliquent que le geste de Wellington Menezes pourrait être une réaction à ces mauvais traitements à l’école. Selon la psychologue Maria Luiza Bustamente, de l’Université de Rio, “souvent la victime de bullying a tendance à s’isoler mais peut aussi devenir violente”.

    Ancien élève, de 1999 à 2002, de l’école Tasso da Silveira où il a tué douze écoliers et en a blessé onze, le jeune homme a laissé une lettre demandant “pardon à Dieu” et contenant des messages religieux confus. Mais elle prouve que son geste était prémédité et qu’il avait l’intention de se suicider, selon la police. “Ceux qui s’occuperont de mon inhumation devront (…) m’envelopper totalement dévêtu dans un drap blanc”, dit Menezes dans sa lettre manuscrite.

    Il exprime aussi le souhait d’être “enterré auprès de sa mère adoptive”, Décia Menezes de Oliveira, qui était témoin de Jéhovah, et est décédée l’an dernier d’un infarctus. Selon ses proches, après le décès de sa mère il est devenu encore plus renfermé. Adopté encore bébé, il avait cinq frères et soeurs qui ont déclaré qu’il n’avait jamais eu d’amis. Wellington Menezes a quitté la maison familiale à la mort de sa mère, son père étant déjà décédé et a commencé à s’habiller tout en noir.

    Sa soeur aînée, Roselaine, a dit qu’elle l’avait vu pour la dernière fois il y a sept mois. Il avait une apparence négligée. “On l’a trouvé bizarre. Il avait une grande barbe (…). Il disait des choses étranges. Il passait son temps sur internet, n’avait pas d’amis, était très renfermé”, a dit Roselaine dans une interview à la TV Band News. Selon elle, il visitait des sites d’armes sur internet.

    Menezes travaillait comme coursier mais il avait été licencié en août dernier. “Il était toujours seul mais jamais agressif”, a déclaré l’un de ses chefs ajoutant que “tout le monde avait été horrifié” par son geste. Selon ses voisins, il “marchait la tête basse sans parler à personne”. La police, qui a fouillé la maison où il vivait, a constasté qu’il avait détruit les rares meubles qu’il possédait et que son ordinateur était partiellement brûlé, ce qui laisserait supposer qu’il ne voulait pas laisser de traces, selon elle.

    Le Figaro/AC