Crash Rio-Paris: fin des recherches

  • Português
  • English
  • Posted on April 7, 2011


    AFP

    Les enquêteurs de l’accident du vol Rio-Paris d’Air France achèveront leurs opérations sous-marines demain, a annoncé aujourd’hui le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) qui a circonscrit cette semaine le site de la catastrophe survenue le 1er juin 2009 au large du Brésil.

    “L’équipe à bord du navire Alucia achèvera les opérations sous-marines vendredi. Le navire quittera la zone de recherche samedi 9 avril et devrait arriver au port de Suape (Brésil) le mardi 12 avril dans la matinée”, selon un communiqué de cet organisme français chargé de l’enquête technique.

    De nouvelles opérations de recherches avaient été lancées le 25 mars dans l’Atlantique sud pour retrouver l’épave disparue après trois campagnes infructueuses (10 juin-10 juillet 2009, 27 juillet-17 août 2009 et 29 mars-mai 2010). Le BEA a annoncé dimanche avoir localisé le champ de débris de l’appareil à 3.900 mètres de profondeur un peu au nord de la dernière position connue.

    Les autorités françaises prévoient maintenant d’engager une délicate opération de repêchage de l’épave et des corps des victimes d’ici un mois. Interrogée, une porte-parole du BEA a déclaré aujourd’hui que le calendrier de cette ultime opération était en cours d’élaboration. Le BEA devait auparavant sélectionner cette semaine le bateau qui sera utilisé pour cette cinquième phase.

    Trois bateaux avaient déjà été pré-sélectionnés à l’issue d’un appel d’offres international qui s’est déroulé en début d’année: le “René Descartes” du groupe français France Télécom, “L’Ile de Bréhat” de son compatriote Alcatel et l”Ares” de l’Américain Phoenix international. Ces trois bateaux ayant des spécificités équivalentes pour le travail nécessaire au repêchage, “l’un des critères majeurs sera leur disponibilité”, selon le BEA qui souhaite “démarrer la phase 5 le plus tôt possible”.

    Les causes de ce crash, qui a fait 228 victimes, ne sont pas encore déterminées. Le BEA espère retrouver les boîtes noires de l’appareil parmi les débris car seuls ces enregistreurs de paramètres du vol pourraient permettre de comprendre la tragédie.

    LIRE AUSSI: DOSSIER SPECIAL – La tragédie du vol Rio-Paris

    Le Figaro/AC